Thursday, 14 May 2020

Epidemocracy
Épidémocratie



Mois de mai bien entamé. Péloponnèse mythique. On assiste à la floraison des oliviers et ce sont alors des milliers de petites fleurs blanches qui tapissent les arbres face à la mer. L’été ante portas et voilà que les plages de l’Attique autour d’Athènes sont déjà fréquentées. C’est enfin le temps des premières baignades, pour ne considérer que l’image apparemment idyllique du pays. Sinon, l’économie reste au point mort, tandis que la bande des Mitsotákis aux manettes prépare alors un arsenal juridique complet, rien que pour interdire les futures manifestations et rassemblements... sous prétexte de menace sanitaire. Il faut bien dire que de la devise nationale en Grèce “La liberté ou la mort”, c’est plutôt de la mort de la liberté dont il est déjà question, le prétexte étant d’ailleurs rapidement trouvé.

Saturday, 9 May 2020

Confined nativism
Nativisme confiné



Beau pays, tout en contrastes. Ceux du village le quittent rarement, sinon pour travailler dans la marine marchande. Mai des coquelicots et de la lumière. Le déconfinement graduel admet déjà les promenades aux alentours et l’ouverture des églises, après leur fermeture contrainte et forcée tant critiquée. Petites chapelles dans une nature luxuriante, le cadre paraît idyllique. Lieux d’émerveillement où l’on découvre de nouveau des animaux de trait ou de somme, ils retrouvent il faut dire en cette année virale... un peu de leur glorieux passé.

Donation


Thank you for your support !


Tuesday, 5 May 2020

Above the melee
Au-dessus de la mêlée



Déconfinement partiel, pays en confit. Le jour d’après ressemblera au jour d’avant, l’économie en moins, plus la géopolitique du chaos à tous les étages. Des journalistes évoqueront... d’après leurs cahiers de charge le retour à la routine, seulement, on cheminera plutôt de surprise en surprise. La guerre hybride ne cessera pas, bien au contraire, ses fronts se multiplieront, Covid-19 compris, allant de l’immigrationnisme ambiant, aux mensonges des politiciens quant à la reprise des affaires ou à la rentrée du travail.

Saturday, 2 May 2020

Cava dei Greci



Époque charnière, semaines qui défilent. Admettons que du confinement à la déconfiture, le chemin ne serait guère long. L’horizon du mois de mai enfin atteint et c’est déjà l’été grec qui s’annonce. Au village, on vit toujours au rythme des caïques d’ici ou alors de courte escale, comme dans l’après-midi du premier mai. Un chalutier d’Égine est venu décharger sa prise jusqu’à l’entrée du port, il y avait même de la crevette à bord mais en quantité exclusivement destinée au grossiste du coin. Petite déception, grande curiosité !

Wednesday, 29 April 2020

It's Byzantium !
C’est Byzance !



Hermès de greekcrisis n’en revient pas. Les métronomes du temps perdu annoncent cette semaine la fin progressive du confinement. “C’est long nous le savons mais c’est nécessaire ; ce que nous avons décidé et mis en œuvre c’est pour votre bien, nous avons gagné une première bataille.” Voilà pour le discours officiel, à peine paraphrasé. Il faut dire qu’il y a de la grogne qui monte depuis le pays réel, celui de l’économie pratique alors boiteuse.

Saturday, 25 April 2020

The box
La caisse



La vie ne s’arrêtera pas pour cause de confinement ou même de son monde d’après. On l’espère en tout cas. Au village, on trouve déjà le temps long et on se balade alors fréquemment sur les bords de mer. La surveillance est devenue discrète, les policiers n’en font plus un plat, sauf... pour traquer les pauvres adeptes de la pêche des amateurs. Notre ami dénoncé l’autre jour ne cédera pas, il faut dire que les garde-côtes lui ont infligé une amende de 150 euros. De la pêche au péché... le chemin est parfois bien court.

Wednesday, 22 April 2020

Heartache of joy
Chagrin de joie



Les confinés de tous les pays attendent leur délivrance. Le temps se fait bien long, même en plein Péloponnèse rural et côtier. Arrêt prolongé du moteur et alors, plus rien ne tourne tout à fait comme avant. Maigre consolation, le poisson est abondant car il n’est plus pêché, le capitaine Yánnis s’en plaint même. “C’est une excellente prise, je ne vends pas cher, mais voilà, je suis amarré depuis tôt ce matin et je n’ai pas vu un seul client. Je sens que le poisson restera pour nous et pour notre congélateur car rien ne se perd, surtout par les temps qui courent.” En effet.

Friday, 17 April 2020

Good Friday Passion
Douleur du Vendredi saint



Le pays réel à l’arrêt, privé même de sa Résurrection. Du jamais vu jusqu’à notre nouveau siècle, décidément biscornu. “Pâques est pour les Grecs la plus grande fête de l’année. Le soir du Vendredi saint, dans toutes les villes et tous les villages, la foule accompagne en procession le catafalque du Christ, couvert de fleurs, jusqu’à l’église”, précise à l’attention des lecteurs francophones le traducteur Michel Volkovitch en introduction au recueil de Yórgos Ioánnou “Douleur du Vendredi saint”, précision d’ailleurs toujours utile par les temps qui courent.