Monday, 29 July 2013

L'hétéroclite/Motley crew



En ce moment sur le marché historique d’Athènes les touristes se mêlent aux autres badauds du dimanche. Jusqu’à la bousculade. L’hétéroclite connait ses heures de gloire, on en vend partout et même à la sauvette. Car, à part les récupérations de toutes sorte, on sait aussi que de nombreux objets et ustensiles volés dans l’agglomération, y trouvent également leur... aboutissement, pour ce qui tient de la gestion... de leur chaîne logistique. Pas loin, du côté de certaines galeries, on suggère alors que l’art côtoie la crise sans rougir, tandis que par un certain goût pour l’hétéroclisme et pour l’inédit... la carte postale, ou plutôt son concept, devient... souvlaki, autrement-dit, “brochette à la grecque” pour ces excursionnistes.

Friday, 26 July 2013

Au pays des ellipses/In the land of ellipses



L’été hélas ne changerait pas grand chose à nos syllabismes, à ellipse et à répétition depuis déjà trois ans. L’ellipse, c’est à dire “le manque” en grec, qui n’est plus qu’une figure de style. Stergios l’électricien, venu réparer une petite panne dans l’immeuble d’en face l’autre jour en sait quelque chose. Une toute petite bricole en réalité, sauf que les locataires en avaient fait de cette affaire une priorité absolue: “On a beau changer les ampoules de la partie droite de l’entrée, toujours pas de lumière. Les cambrioleurs finiront par nous repérer, il faut dire que nous avons été victimes de vols par effraction à deux reprises et moins d’un an”. De toute évidence, Stergios n’admet plus les figures de style d’avant, sauf pour ce qui est de la qualité de son travail: “Nous avons été réduits à l'ellipse permanente. Les cambrioleurs sont d’abord les gouvernants et ensuite les escrocs internationaux. Les affaires vont très mal. L’épouse de mon associé s’est pendue il y a deux mois, elle ne voyait plus... le bout de l’ellipse. Désormais, ma femme s’occupe souvent aussi de leurs deux enfants. L’horreur”.

Tuesday, 23 July 2013

Nuits d'Athènes/Nights in Athens


Manifestement, ce mois de juillet n’est plus comme les autres. En cet été 2013 nous nous éloignons alors bien davantage du passé. Et nous nous éloignerions même autant entre nous, certains liens deviennent plus distants, étant donné, que nos solidarités n’ont... plus rien d’automatique. Une certaine Grèce des côtes et surtout des îles, plus touristique que jamais, se détache à sa manière et jusqu’à un certain seuil déjà, du “sort commun” et des amertumes de la capitale. Récemment, et ceci durant le même jour, François Hollande et Jean-Claude Juncker ont visité l’île d’Ulysse en mer Ionienne à bord de yachts luxueux, sauf... qu’ils n’avaient pas choisi la même baie... preuve si l’en est que l’Europe est toujours grande, d’après le “Quotidien des Rédacteurs” daté du 23 juillet en tout cas, qui rapporte la nouvelle. Le titre de l’article est évocateur rien que par son apparente simplicité: “Vacances en Grèce”. On peut alors soupirer, notre pays, bien qu’occupé par les... seigneurs Sith de la dette demeure attractif, ceci explique peut-être cela.

Thursday, 18 July 2013

Dans une colonie/In a colony


Sur son fauteuil roulant, Stélios Kymbouropoulos donnait déjà le ton, la lettre et surtout l’esprit du courage et de la l’indignation, cette dernière transformée en amertume deux ans après la place des “Indignés”. C’était mardi 16 juillet au soir, place de la Constitution. Stélios, psychiatre talentueux ayant exercé à l’hôpital Attikon et handicapé, aime de toute manière le contact de la sociabilité. Pour ce mardi soir, il avait même suggéré aux manifestants d’apporter des bougies, pour les allumer à temps lors du rassemblement, “comme si c'était une fête d'anniversaire”, nous dit-il.

Monday, 15 July 2013

Herr Schäuble chez les imbéciles, les idiots et les vulgaires/Herr Schäuble among imbeciles, idiots and the mondane


Ainsi soudainement, le néant idiot rend l’âme si folle, écrivait il y a déjà un moment notre poète Yorgos Sarandaris. “Antonis Samaras, Yannis Stournaras et Pandelis Kapsis sont des imbéciles, des idiots et des vulgaires”, déclare depuis Paris le réalisateur Roviros Manthoulis dans une interview accordée à l’hebdomadaire “To Khoni” du 14 juillet, s’agissant toujours et encore de la fermeture de la radiotélévision publique ERT, et tout autant de “l'invention” de la nouvelle “Régie”. Sauf qu’en Grèce de l’été 2013, le néant idiot gouverne, et le ridicule finit par tuer.

Friday, 12 July 2013

Toujours le dimanche/Always on Sunday


Il était grand temps déjà. En ce juillet 2013 la réalité dépasse et de loin les pires cauchemars de “l'autre temps” et pour tout dire... d’un certain anthropospécifisme. Sissy, notre amie ainsi que grand témoin ayant participé à l’aventure du film documentaire “Khaos”, commence tout juste à réaliser ce que les scénaristes du primo-mémorandum avaient déjà visualisé. S’agissant évidemment du découpage et des autres éléments du tournage. “Je croyais que mon poste d'enseignante obtenu sur concours, relèverait de l’immuables, et ceci finalement quoi qu'il arrive. Eh bien... je constante que non. Mon amie Anna effondrée, vient de me téléphoner. Son nom figure sur la liste, elle perd son poste. Elle connaîtra alors le chômage comme tout le monde”. Voilà pour le dernier numéro de la séquence. Sissy, Anna et tant d’autres sont bel et bien dans le film.

Saturday, 6 July 2013

Le tricot de la Destinée/Knitwear of Destiny


Décidément, nous flottons dans un espace virtuellement fatidique. Le “nouveau gouvernement” a prêté serment mardi 25 juin, la presse d’hier en faisait déjà sa Une, sans pour autant attiré davantage les regards que d’accoutumée. Déjà, au soir du lundi 24 juin nous avions assisté à un de ces moments agités, dont le monde usuel et usé des médias habituels en raffole, s’agissant des dernières tractations du “grand instant” prétendument politique. Les journalistes sur Real-FM, ou ceux des chaînes de télévision Méga et ANT1 ont ainsi dramatisé l’insignifiant... à outrance. Günter Anders aurait dit à leur propos que manifestement, “ils tricotent les destinées de notre monde fantôme” sauf que l’histoire, et d’autant plus cette dernière histoire purement et politiquement fictive, nous abuse au point que nous croyons en être les véritables témoins, les véritables acteurs et même les véritables victimes.

Monday, 1 July 2013

Greek souvenirs


En un an seulement, notre pays s’est transformé en cette nouvelle planète des singes au Sud-est européen. Sauf que contrairement au récit de Pierre Boulle, les “singes” de la forêt troïkanne seraient plutôt des espèces dominées, abruties et sidérées. Les élections de 2012 sont déjà loin, très loin même, ainsi notre humanité se réduit jour après jour à un état animal, comme on se le dit alors souvent, ce qui relève déjà de l’euphémisme. L’immense... rapport forcé, exercé sur la société que constitue la politique du mémorandum durable, finit par transformer tous nos liens, du reste bien précaires, en... sociabilité anthropophagique. Heureusement dans un sens, qu’à défaut d’autres résistances efficaces, une certaine prise de distance vis-à-vis des événements, ou sinon l’inconscience tout simplement, nous permettraient de tenir encore. Sinon, c’est par habitude que nous tenons, mais aussi grâce à l’été.