Tuesday, 29 July 2014

Attentes/Expectations



Au cœur même de l’été grec tout le monde admet que l’étésien, ce vent rafraichissant du nord qui souffle périodiquement en mer Égée est en retard. Les athéniens trouvent ainsi le temps lourd et humide, alors un comble de plus et de trop pour la Grèce du moment. Ailleurs, comme à Méthana au nord du Péloponnèse par exemple, les pêcheurs évoquent alors à leur manière “le changement global, sans doute irréversible”. Tout est ainsi dit en une phrase.

Pêcheur à Méthana, juillet, 2014

Les habitants, les vacanciers, les touristes, les restaurateurs ainsi que les chats, attendent alors le retour de la pêche comme chaque matin. Il y a encore des prises, cependant les connaisseurs estiment que les ressources halieutiques ne sont plus à la hauteur. “Tout comme la Grèce”, en rajoute Yannis après une nuit passée en mer.

Les non-initiés auront appris à l’occasion par Yannis que le nouveau poisson apparu maintenant voilà un peu plus de dix ans dans les eaux de la presqu’île a été nommé tout simplement “l'Allemand”, lui-même il est incapable d’expliquer les raisons de cette appellation. Mystère. “En tout cas j'ai monté une trentaine d'Allemands l'autre jour, car ce poisson est bien comestible”.

Méthana, juillet 2014

Méthana, juillet 2014

Il faut dire que la station balnéaire ne se porte pas si bien que par le passé. Son thermalisme n’attire plus les retraités car ces derniers n’ont guère les moyens et le tourisme intérieur périclite. Certes, des touristes Français rencontrés sur place trouvent, et à juste titre, que “l'endroit ne manque pas de charme et que la Grèce sera toujours le pays où on peut vivre bien”, c’est possible.

Le vieil homme qui vend des produits locaux attend ses clients trop longtemps parfois tandis que les jeunes des lieux ne pensent qu’à émigrer car “ici tout est mort et cela, en dépit de la saison touristique”. Les attentes des Grecs s’entrecroisent, leurs vacances s’avèrent alors plutôt tristes mais on s’y fait. Et c’est ainsi que les discussions, de surcroit les plus intéressantes tourneront toujours autours des thèmes et des exploits du passé ou sinon encore mieux, on évoquera bien volontiers la vie en mer, les pêches, voire les tempêtes qui ont marqué tous les esprits.

Dispositif contre les guêpes

Boucherie, Méthana, juillet 2014

Nos inquiétudes sont toujours d’actualité, sauf qu’elles vieillissent comme nous avec la “crise”. Son régime politique d’ailleurs connait des... approfondissements remarquables encore cet été, déjà nous avons l’impression funeste que le pays est bradé, puis, et “pour ne pas provoquer des frictions inutiles” d’après Antónis Samaras (presse du 29 juillet), les négociations entre le “gouvernent grec” et la Troïka se tiendront désormais à Paris.

Ainsi et entre autres, les troïkans, ces négociateurs intraitables et grands forgeurs des... lois grecques il faut le dire, ne rencontreront plus les femmes de ménage du ministère des Finances, licenciées il y a onze mois. Depuis elles occupent les entrées de “leur” ministère, et elles ne reculent pas devant le temps étouffant de cet été grec et encore moins devant la répression policière.

C’est dans ce contexte que la Radio 105,5 FM (de SYRIZA), a organisé un concert place de la Constitution pour soutenir “symboliquement et dans les faits” ces femmes qui luttent. Le slogan était si bien trouvé: “595 femmes de manage, onze mois de lutte, une soirée de fête”, ensuite, le concert gratuit de Háris Alexíou, considérée en Grèce comme l'une des chanteuses les plus populaires et enchaîne les succès depuis les années 1970 a attiré le plus grand nombre parmi les joyeux, même épisodiques. Une belle soirée en tout cas.

Le concert, place de la Constitution, le 28 juillet

Háris Alexíou, place de la Constitution, le 28 juillet

Ailleurs le pays se raconte et parfois il se meurt si possible dans la dignité. Une femme tétraplégique et surtout pauvre de surcroît est décédée la semaine dernière lorsque la Régie d’électricité a coupé le courant chez elle. Soutenue “machinalement” comme on dit en Grèce, elle a succombé... à la fatalité. Pourtant cette même femme avait rédigé une lettre ouverte destinée aux politiques, dénonçant l’hybris de sa situation et surtout l’indignité. C’est aussi cela l’été grec.

La Grèce, presse grecque, juillet 2014

Pays à vendre, presse grecque, juillet 2014

Dans la foulée... l’époux de ma cousine Lemoniá est décédé la semaine dernière suite à un AVC. Il avait tout juste 47 ans et la chance... de ne pas bénéficier d’un lit en soins intensifs au bon hôpital. Après la suppression d’un bon nombre de ces lits... si importants les patients peuvent alors se balader ailleurs et... jusqu’à l’au-delà. Le malheureux Nikos avait ainsi parcouru les derniers 120 kms de sa vie pour un lit certes en soins intensifs mais sans les spécialisations médicales requises pour son cas. Donc adieu...

On poursuivra alors l’été comme on peut sans étésiens, sans trop d’attentes et avec tant d’amertume. C’est alors ainsi que les Grecs... majoritaires savourent mais bien trop gravement le soleil restant et la mer avec.

Soleil levant. Méthana, juillet 2014

Notre soleil se lèvera toujours à son heure, nos oiseux marins ne nous manqueront jamais au cœur même de l’été grec, certes sans étésien. Pour l’instant.

Vue de l'été grec. Juillet 2014




* Photo de couverture: Attentes, Méthana, Juillet 2014

No comments

Post a Comment

The team of "Greek Crisis" respect all opinions, but
reserves the right not to publish offensive comments.