Friday, 12 September 2014

Insularités/Insularities



La crise, c’est aussi cet univers d’insularités provisoires ou momentanées, qui se joignent et s'entrecroisent à peine. Entre nous tous, à travers ce commun des mortels d’en bas, puis d’en haut ; les sociabilités grecques sont plus fragmentées que jamais. Et face au regard vide des usagers du métro ou des trop usés de la crise, la loi dite “de la reforme de la Sécurité Sociale”, puis celle, scellant le triste sort réservé à la petite propriété foncière et immobilière par la surimposition au-delà de toute considération des revenus des ménages, viennent alors d’être adoptées au “Parlement”, le tout, au moyen d’une énième affaire de procédure tordue.

Terrasse de café. Athènes, septembre 2014

Les terrasses des cafés sont quelquefois vides en ce moment, la rentrée s’avère de toute évidence lourde à avaler. Et nombreux sont certes ceux qui témoignent de leurs expériences d’été, mais alors tristement: “Finalement, même du temps court des vacances, nos regarde furent vides et notre psychologie avait été dépressive, hélas... nous sommes bien ces transformés irrécupérables”. Ainsi l’autre jour, en compagnie de mon cousin Kóstas d’Athènes, nous étions les seuls clients de l’après-midi, comme de la bien petite boisson. “Le temps passe vite finalement, crise ou pas”, me disait Kóstas, pour... tomber aussitôt et d'entrée de jeu dans le truisme.

Je dois préciser qu’au tout début de cette année... aux dires de tous et pas qu’en Grèce prodigieuse, s’agissant immanquablement de 2014, j’avais donc quatre cousins portant ce même prénom très répandu en Grèce. Deux d’entre eux vivaient en Thessalie au centre du pays, seulement voilà, le plus âgé des Kóstas... du terroir a depuis émigré en Allemagne, comme le fit autant son fils, accompagné de son épouse et des enfants.

Dia, ma nièce et fille de Kóstas quant à elle, a préféré les bords du Tamise pour y vivre et surtout pour enfin travailler sans relâche... dans son plus grand bonheur, tant le travail est devenu rarissime dans les territoires des... Sudistes de l’UE.

Évolution du système de santé en Grèce. “Quotidien des Rédacteurs”, septembre 2014

Même vision. “Quotidien des Rédacteurs”, septembre 2014

Parmi mes deux autres cousins (les... Kóstas d’Athènes), le premier... s’est suicidé lundi 13 janvier à 8h40 du matin, se jetant du quatrième étage de l’immeuble où il habitait. Il est mort sur le coup “car il est tombé sur la partie bétonnée du jardin et non pas sur les arbres ou sur la pelouse”, d’après la police, ainsi que selon les dires du médecin légiste. Dans certains pays le ridicule tue, je notais alors à l’époque et cela ne change guère.

Mon autre cousin Kóstas athénien... des rescapés rencontré récemment, une fois n’est pas coutume, il m’a fait part de son amertume depuis que la nouvelle loi imposant les biens immobiliers des Grecs a été adoptée par les marionnettes qui nous gouvernent. C’est vrai que comme le “Parlement” travaille (?) en “session d'été” comme on dit (un tiers des élus), voilà que neuf députés de la funeste majorité (Nouvelle démocratie - Droite et Pasok “Socialistes”) ont été remplacés dans l’urgence par le directoire Samaras - Venizélos, quelques minutes seulement avant le moment du vote.

Inutile de préciser que ces élus avaient fait connaitre leurs intentions ; tout simplement de ne pas voter en faveur du texte. Ils savent aussi déjà que leurs chances de réélection s’amenuisent, ceci explique aussi cela. Une député même de la Nouvelle démocratie a précisément traité le banquier-ministre des Finances de... “con”, avant d’occuper honorablement la neuvième place chez les remplacés. Parodies et alors voyage en théâtre d'ombres.

L'insularité du... Parlement grec. Revue “Schedía”, septembre 2014

Le lait... Nouvelle démocratie “entier” et Pasok “écrémé”. Revue “Schedía”, septembre 2014

Par la suite et pour... murer le débat, la porte-parole du “Gouvernement” a estimé que les Grecs ont eu tort d’investir depuis des générations dans l’immobilier et qu’elle-même, en... passionaria du grand détachement, de la litote et de l’exemplarité, ne possède prétendument pratiquement rien.

Le lendemain jeudi 11 septembre, notre quotidien politique et satyrique “To Pontíki” a révélé que d’après sa déclaration du patrimoine, la parolière simulatrice du Samaritisme possède une... petite pléiade de biens immobiliers, au bord de la mer ou près des montagnes, et toujours dans les endroits les plus huppés de notre Attique, et d’ailleurs surtout la leur.

Ceux du pouvoir ont visiblement perdu tout sens de la mesure et quant à mon cousin Kóstas, il se demande où finalement il trouvera les 1.880 euros réclamés par l’État vassalisé par les dits créanciers et authentiques rédacteurs en langue anglaise de cette loi (d’après les fonctionnaires du fisc “grec”). Kóstas, homme au chômage depuis juin et qui retravaille alors tout juste et par ailleurs si peu, Kóstas aux revenus modestes, 9.000 euros en 2013 pour lui et son épouse... bébé compris.

En mémoire des moulins d'Athènes. Juin 2014

Café à Athènes, septembre 2014

L’automne suit son cours ainsi que le nôtre. La Grèce, tout comme l’ensemble des pays de l’UE ont voté contre la Résolution 68/304 de l’ONU adoptée cette semaine, ouvrant en conséquence la voie à l’adoption future d’un Traité international sur les faillites des États et sur la restructuration de la dette, autrement que par les seuls usuriers à l’exemple de la Troïka, du FMI et des instances de la Banque-Europe.

La vérité aujourd'hui c’est qu’il s’agit d’un grand un jour pour tous les Argentins. Aujourd'hui, nous devrions être très fiers. La Résolution 68/304 été adoptée avec 124 votes positifs, 11 négatifs et 41 abstentions”, vient d’écrire la Présidente de l’Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner. Pour une partie de la presse en Grèce la nouvelle a mérité les gros titres. Après tout, tout nous sépare pour l’instant de l’Argentine, hormis une certaine dette. La Grèce, pourtant si concernée par cette Résolution n’a pas participé au vote à l’instar de la majorité des pays suivistes de l’UE, tandis que l’Allemagne, la Finlande, la République Tchèque et le Royaume (pour l’instant) Uni ont voté contre.

Affichettes à Athènes: “à louer” et “Cours de langue Russe”, septembre 2014

Mon cousin Kóstas ignorait... certes tout de la Résolution 68/304 sauf qu’il se dit... prêt à ne pas s’acquitter de la taxe immobilière, à moins de retrouver une situation... de labeur rapporteur comme jadis dit-il, comme avant la crise. Euphémismes. Les impayés totaux (tout secteur confondu) en Grèce se chiffrent désormais à plusieurs dizaines de milliards d’euros. La crise ne ment pas !

D’après les statistiques officielles grecque (ELSAT), 750.000 ménages supplémentaires ont... de ce fait neutralisé leur chauffage central rien qu’entre 2012 et 2013. Le lugubre Antónis Samarás quant à lui, a voulu neutralisé Alexis Tsípras (chef de SYRIZA) interdisant à “sa” télévision pseudo-publique (NERIT) de retransmettre le discours du chef de la Gauche radicale depuis la Foire commerciale de Thessalonique ce week-end. Par la suite, son président ainsi qu’un membre du directoire de la NERIT, pourtant nommés car “élus” par Samaras en personne ont démissionné jeudi 11 septembre.

Images tristes, passagères comme surtout durables. La Grèce, ses insularités, ses îlots des pendards sans vergogne. Fin de règne ?

Confort dans un café d'Athènes. Septembre 2014




* Photo de couverture: Athènes, septembre 2014

No comments

Post a Comment

The team of "Greek Crisis" respect all opinions, but
reserves the right not to publish offensive comments.