Monday, 23 February 2015

Carême/Lent



Carnaval sous la pluie en bord de mer. La bourgade et sa municipalité avaient fait preuve d’inventivité et de courage pour parachever ce moment de dérision. Temps supposé festif sous une actualité... dérisoire. Toute cette Grèce du moment et d’en bas étant alors présente, au-delà des illusions, de plein pied dans le sarcasme. La “pendaison” de la troïka a ainsi clos le défilé carnavalesque, cette dernière étant représentée par une figure portant un masque intentionnellement anonyme, mais renvoyant vaguement... au visage d’Angela Merkel.

Angela Merkel dehors. Carnaval, Méthana, février 2015

Le gouvernement n’a pas été pour autant oublié. Sous la forme de... palais du fakir et magicien, la demeure... officielle du Premier ministre était ornée de trucages alors magiques, s’agissant par exemple, “des 1.999.990 chômeurs qui seront embauchés. De la retraite minimum passée à 1.990 euros” et de la société chinoise “COSCO, laquelle n'aura plus à craindre son départ” du port du Pirée.

De manière significative, cette... autre demeure carnavalesque du Premier ministre était également décorée... de l’adage formulé sous une forme alors interrogative: “?? Adieu Troïka ??”. Le maire de la bourgade de son côté a insisté sur la “volonté de mieux faire connaître sa presqu’ile thermale et volcanique pour ainsi attirer les visiteurs”, l’animateur, un jeune auteur connu venu depuis Athènes et embauché pour les circonstances, a autant fait de son mieux. Il a donc répété à plus de dix reprises que “l'espoir est pourtant là, comme la dignité”.

Le... palais du fakir et magicien. Carnaval à Méthana, le 22 février

?? Adieu Troïka ??”. Carnaval à Méthana, le 22 février

Carnaval à Méthana, le 22 février

La taverne carnavalesque a distribué de la viande, des saucisses grillées et du petit vin résiné, spécialité typique du pays et ensuite, les cafés et les bistrots ont été rapidement tous remplis, carnaval alors sous la pluie et en bord de mer.

La veille, l’allocution du Premier ministre Alexis Tsípras, sa tentative à (se) persuader “de la nouvelle orientation sociale de son gouvernement” à la télévision, était à peine suivie dans un café, sauf que personne dans la salle n’a ironisé ni critiqué ces propos, comme c’était alors de coutume du temps des discours du lugubre Antonis Samarás. Les Grecs attristés... demeurent attentistes pour l’instant.

Dans une taverne du coin quelques heures plus tard, c’est dans un ton alors très grave que frères et cousins retrouvés pour l’occasion, étaient d’accord pour dire que “la situation est certes grave et triste depuis l'Eurogroupe du vendredi” (20 février), mais enfin, “rien n’est définitif, durant ces quatre mois tout peut arriver, et d’ailleurs, nous connaissons désormais le vrai visage de cette saloperie nommée Union européenne. De toute manière, personne n’osera dire que le gouvernement SYRIZA/ANEL n’a pas livré bataille”.

Carnaval à Méthana, le 22 février

Carnaval à Méthana, le 22 février

Carnaval à Méthana, le 22 février

Étranges moments furtifs d’une historicité accablante et galopante. Les Grecs observent aussi que pour la première fois après tant de décennies, leurs élus... très fraichement élus, ont du mal à mentir, la tonalité, le timbre de leurs voix, le langage des corps, tout trahit ce dépit, le même finalement que le leur. Le contraste est si évident, lorsqu’on se souvient de l’agressivité et des fanfaronnades si bien assumées par les Samarás - Venizélos, à chaque fois que l’échine était courbée devant les maîtres de l’absolutisme européiste.

Ainsi l’Alexis Tsípras du 21 février avait du mal à convaincre, sans pour autant se ridiculiser. Cependant le temps freiné... presse, tandis que mes échos depuis le SYRIZA très interne, trahissent cette énorme colère... à canaliser ou à transformer en tournant politique, c’est selon. Moins emblématique et cela publiquement, Manólis Glézos, résistant par tout temps, a très vivement critiqué la... pliure de la Gauche radicale. “Nous avons un immense respect pour Manólis Glézos, sauf qu'il n'avait pas à s'exprimer de la sorte en ce moment”, telle fut la réponse de SYRIZA... d’en haut (23 février).

Carnaval à Méthana, le 22 février

Nos vieux sont si absorbés à Méthana comme partout ailleurs, au moment où le gouvernement prépare sa liste contenant les mesures à faire examiner et approuver... par Bruxelles et par Berlin. “Lutte contre la fraude fiscale, ainsi les revenus très élevés seront enfin mieux concernés par l’impôt tandis que les contrebandiers... spécialisés dans les hydrocarbures et les cigarettes seront arrêtés et punis”, nous en informe sans trop d’enthousiasme dans la voix, notre radio 105,5.

De retour du Péloponnèse et de la presqu’ile de Méthana, nous avons emprunté la vieille nationale, histoire d’éviter les péages... et éventuellement les néonazis. Dans l’autre sens il y a deux jours, les adeptes de l’Aube dorée avaient... pacifiquement investi les premiers postes de péage en sortant d’Athènes. Ni cris, ni slogans, ni agressivité. Drapeaux néonazis, tractage et sourires... figés que les automobilistes avaient vraiment du mal à rendre. Une première opération... de terrain, “pour faire apparaître la seule vérité grecque, maintenant que les masques tombent”, voilà en somme pour l’argumentaire et... pour les péages.

Les néonazis de l'Aube dorée aux postes de péage. Vers Corinthe, le 21 février

Lundi dit pur, c’est à dire inaugural du carême orthodoxe ce 23 février, il est de tradition chez les Grecs, de remplir tavernes et restaurants pour déguster les plats de la mer, comme on aime les nommer. Dans une telle taverne de la ville d'Éleusis des bords de mer, établissement très populaire où il est possible de déjeuner pour dix euros par personne au beau milieu de ce paysage quasi-lunaire des friches industrielles, c’est alors sans trop de mystère que nous y avons aperçu une équipe très nombreuse du ministère des Finances... en train de contrôler la bonne tenue fiscale de l’établissement.

Ils ont finalement salué le propriétaire, un homme très marqué par le temps du travail réellement existant, et ils n’ont rien trouvé de répréhensible, le bon compte y était, facturettes comprises.

Préparation pour la cuisine du lundi pur. Méthana, février 2015

Carnaval sous la pluie aux bords de mer... et en pays réel. Le tenant de la taverne s’est alors tourné vers un habitué des lieux: “Pauvres gens. Tu vois Yannis, ils ne récolteront jamais ces sept milliards annoncés par le gouvernement et exigés par l’Europe... en si peu de temps. Ce n'est pas ainsi qu’il faut commencer. Ils sont à plaindre. Et surtout, aucune mesure parmi celles annoncées ne fera baisser le chômage”.

L’argumentaire du gouvernement insiste sur le rejet des mesures annoncées par... le gouvernement précédent. “La TVA n'augmentera pas, ni les autres taxes etc.”. Sauf que les reformes de gauche, c’est à dire de bon sens, semblent être stoppées par la même occasion durant ces quatre mois en tout cas. “Un mémorandum délavé... sous la pluie. Pourtant, le carnaval vient de se terminer” répondit alors Yannis. “Mais passons à l'essentiel ! Tarama, salade verte et du calamar frit avec deux verres d'ouzo. C'est tout”. Fin du carnaval. Lundi... pur et ensuite, carême.

Presqu’ile de Méthana, février 2015




* Photo de couverture: Carnaval. Méthana, le 22 février

No comments

Post a Comment

The team of "Greek Crisis" respect all opinions, but
reserves the right not to publish offensive comments.