Friday, 8 May 2015

Escrocrise



Dans les cafés athéniens on sirote d’abord le temps présent. Les medias, toujours si fiers de l’être, peaufinent la préparation des esprits quant à l’accord pressenti, entre la Grèce Tsipriote et la Troïka... institutionnalisée. Alors on chemine. Mémorandum III, dès lors ante portas. Les habitués de l’ouzo et de la petite bière commencent à se dire que le jeu aurait même été conclu par avance.

Pêche, port de Pérama mai 2015

Aux buvettes à l’ancienne, de nos jours devenues bien rares, les commentaires vont bon train. Fatalisme, lassitude et déception. “Vous savez quoi ? Ils nous ont bien roulés dans la farine, il y a eu accord entre Tsípras et les Allemands depuis février, sauf qu’ils ont joué la comédie pour faire mijoter l’opinion publique dans les deux pays. En plus, je parie qu’ils vont tordre le coup de l’affaire grecque jusqu’à nous servir le pseudo-équilibre, entre les réparations de guerre que l’Allemagne doit et le montant de la dette. J’ai lu cela quelque part dans un article sur Internet.

Tel est d’ailleurs l’avis, à part du bistrot grec éclairci, de certains analystes... propulseurs de la presse internationale, dont “Forbes Magazine” par exemple. C’est alors ainsi que la dette du IIIème Reich serait... vaillamment effacée par l’avènement du IIIème Mémorandum, si l’on comprend suffisamment quelque chose dans cette nouvelle mouture... de la fin de l’histoire.

Cueillette... dans les ordures. Athènes, avril 2015

Fête du cannabis. Athènes, mai 2015

En attendant, Dieu sait quoi, toujours sous ce régime para-démocrate et de surcroît, du dernier paradoxisme... de gauche, une certaine Grèce fera sa... cueillette dans les bennes à ordures, ira à la pêche dans les eaux saumâtres des ports... comme elle fêtera pour la première fois “son” cannabis à Athènes, très... Belle Époque !

Costas, voisin de l’immeuble et dentiste, observe que sa clientèle se raréfie comme d’ailleurs elle se paupérise. Son épouse, Anna, employée dans une banque avant son récent chômage n’en peut plus: “Je veux quitter ce pays et particulièrement cet État qui ne me donne plus rien en échange des impôts. Bien au contraire, il prépare ma propre mort... m’obligeant à creuseur moi-même ma tombe. J’ai dit à Costas qu’il va falloir nous renseigner, il pourrait exercer en Angleterre, en France ou en Suisse. Il parle déjà très bien anglais et français. Mais il ne veut absolument pas quitter la Grèce. Il a tort, il dit que nous sommes trop âgés pour une telle aventure, alors que faire ?.”

Anna et Costas, la quarantaine déjà bien mûre, composent cette armée des... déçus, après avoir voté SYRIZA, en 2015 et déjà en 2012. À l’époque on s’en souvient, les réunions-apéritif entre voisins d’immeuble se pratiquèrent encore, plus maintenant, le contact se perd au fil des mois et des années de mémorandum. Tout a été dit, analysé, espéré et... trompé entre voisins et de toute manière, l’immeuble est à moitié inoccupé depuis que les locataires les plus paupérisés ont quitté les lieux.

L'adespote Balitsa. Athènes, mai 2015

L'adespote Brigatis. Athènes, mai 2015

Finalement, la réunion entre voisins s’est imposée par elle-même, c’est-à-dire par la seule force des affaires introduites par nos animaux adespotes vivant autour de nous. Plus précisément, Balitsa jeune chatte a mis bas sur le balcon de l’appartement vide du premier étage, situation inédite selon Anna, “impossible à imaginer du temps où tous les appartements de l'immeuble étaient encore occupés”.

Mais comme deux des trois chattons sont morts, il nous a fallu y monter de l’extérieur pour... s’en occuper. Réunion de... crise alors, négociations et nouveau... mémorandum désormais dans l’immeuble. Balitsa sera stérilisée après financement assuré par l’association des Amis des animaux du coin puisque les subventions municipales spécifiques ont été partiellement rétablies, ensuite, Brigatis, le chat mâle, acolyte de Balitsa, sera stérilisé aussi suit à une collecte... des fonds nécessaires, 25 euros négociés très ferme avec le vétérinaire heureusement lié à l’association. Seule la famille du troisième étage... connaissant un chômage encore plus radical que celui des autres, ne participera aux frais. Notre vie des bêtes sous le... mémorandum.

Il ne faut pourtant pas penser que tous les Grecs soient forcement concernés par la paupérisation. Anna dont le frère est comptable, nous a fait part de sa dernière expérience maintenant que la prochaine histoire se précise pour certains concitoyens... très volontairement défiscalisés. Son frère lui a raconté que plus de cinquante mille Grecs ont été convoqués par l’Administration fiscale ; ils doivent expliquer comment ils ont pu posséder certains capitaux notamment.

Salle de piètre cabaret fermée et à vendre. Athènes, mai 2015

Façade, Athènes, mai 2015

Mon frère s'occupe déjà d’une cinquantaine de cas de ce genre. Il a évoqué le cas d’un couple dont le mari a transféré à l’étranger plus de cinq millions d’euros et son épouse deux millions. Ce n’est pas le transfert en soi qu’il est considéré comme illégal mais la totale inadéquation entre les revenus déclarés depuis... 1986 et ces sommes. D’après mon frère, ce qui choque toujours, tient de l’attention même du gouvernement SYRIZA de taxer ces dépôts de 15% ou 20% en les légalisant de la sorte, d’après les accords pressentis entre la Grèce et la Troïka. Cela relève de l’injustice vis-à-vis des autres, des citoyens et entrepreneurs honnêtes lesquels ont été déjà taxés de 45%, car ayant naturellement leurs revenus. C’est encore un sac de nœuds cette affaire.

Ce qui explique en partie et à l’avis de nombreux observateurs du bitume athénien, la récente recrudescence des achats de véhicules neufs, tous de motorisation diesel depuis que ce type de moteur... propre est autorisé à cliqueter sous le soleil athénien, une œuvre... écologique du précédant gouvernent il faut dire.

Il en va de même pour un léger réveil des ventes immobilières, car devant les risques réels ou supposés, le tiers... payant (et payé) de la population du pays qui ne partage pas le sort des paupérisés restants (hormis le chômage des jeunes), il se met à investir pour ne plus rien laisser dans les... tanières des banques, en Grèce ou ailleurs. Nous autres, paupérisés ou semi-remorqués par le régime de l’escrocrise, (nous) observons ces météores comme sous la grisaille d’un temps d’hiver en plein mois de mai. Temps dit de crise.

Athènes, mai 2015

Guinguette encore fermée, occupée par les touristes. Golfe Saronique, mai 2015

En mer au large de l'île d'Égine. Mai 2015

Navires dans les chantiers. Pérama, mai 2015

Les navires du moment sont souvent en travaux, les lignes maritimes n’ayant pas encore trouvé leurs rotations de l’été. Pourtant, la saison dite touristique s’annonce bien, en dépit de la grisaille des mesures aux préannonces publiées: taxe sur les nuitées dans les hôtels des îles, TVA homogénéisée à 18%, en réalité augmentée et touchant davantage les ménages modestes puisque le taux de 6,5% appliqué à certains produits de première nécessité doublera, entre autres.

En attendant ou plutôt sans trop attendre, les vacanciers du moment profitent déjà des îles et de l’été débutant ; sur une île même inhabité du golfe Saronique, des plaisanciers venus en voilier, profitaient récemment de la terrasse d’une guinguette pour l’instant encore fermée.

L’atmosphère grecque demeure pourtant bien mixte, d’une mixture par essence peu claire on dirait. Une affiche forcement militante rappelle ainsi combien les patrons... “surpressent” leurs employés en ce moment (et depuis un moment), sous l’explication alors générique: “C'est la faute à la Troïka” !

Ailleurs, un autocollant... résistant, remémorant les luttes depuis 1944, avait été appliqué sur une surface rappelant le cofinancement par l’UE d’une installation de gaz de ville, autocollant à moitié déchiré par la suite. Mélanges toujours.

C'est la faute à la Troïka, Athènes, mai 2015

Autocollant... résistant. Athènes, mai 2015

Boite à musique et photos du cinéma d'antan. Mai 2015

Les cafés sont bien pleins et en ce moment, et des orgues de barbarie circulent encore de temps à autre au centre d’Athènes, toujours ornées de nombreuses photos issues de l’histoire du cinéma grec datant des années 1950-1960. Années forcément en noir et blanc, inscrites depuis - et parfois de manière bâclée - dans le passé si regretté des générations qu’avaient alors connu la drachme, la dictature et autant le retour de la Démocratie en 1974.

Accord donc supposé imminent entre la Grèce et les... “Institutions”, “menaces de Grexit et de Brexit, les investisseurs sont soumis à rude épreuve en ce début mai” prétend en conséquence une certaine presse économique, alors on chemine droit devant en sirotant le temps encore présent.

Les cafés sont bien pleins. Athènes, mai 2015




* Photo de couverture: Buvette à l’ancienne, Athènes, avril 2015

No comments

Post a Comment

The team of "Greek Crisis" respect all opinions, but
reserves the right not to publish offensive comments.