Thursday, 14 May 2020

Epidemocracy
Épidémocratie



Mois de mai bien entamé. Péloponnèse mythique. On assiste à la floraison des oliviers et ce sont alors des milliers de petites fleurs blanches qui tapissent les arbres face à la mer. L’été ante portas et voilà que les plages de l’Attique autour d’Athènes sont déjà fréquentées. C’est enfin le temps des premières baignades, pour ne considérer que l’image apparemment idyllique du pays. Sinon, l’économie reste au point mort, tandis que la bande des Mitsotákis aux manettes prépare alors un arsenal juridique complet, rien que pour interdire les futures manifestations et rassemblements... sous prétexte de menace sanitaire. Il faut bien dire que de la devise nationale en Grèce “La liberté ou la mort”, c’est plutôt de la mort de la liberté dont il est déjà question, le prétexte étant d’ailleurs rapidement trouvé.

Saturday, 9 May 2020

Confined nativism
Nativisme confiné



Beau pays, tout en contrastes. Ceux du village le quittent rarement, sinon pour travailler dans la marine marchande. Mai des coquelicots et de la lumière. Le déconfinement graduel admet déjà les promenades aux alentours et l’ouverture des églises, après leur fermeture contrainte et forcée tant critiquée. Petites chapelles dans une nature luxuriante, le cadre paraît idyllique. Lieux d’émerveillement où l’on découvre de nouveau des animaux de trait ou de somme, ils retrouvent il faut dire en cette année virale... un peu de leur glorieux passé.

Donation


Thank you for your support !


Tuesday, 5 May 2020

Above the melee
Au-dessus de la mêlée



Déconfinement partiel, pays en confit. Le jour d’après ressemblera au jour d’avant, l’économie en moins, plus la géopolitique du chaos à tous les étages. Des journalistes évoqueront... d’après leurs cahiers de charge le retour à la routine, seulement, on cheminera plutôt de surprise en surprise. La guerre hybride ne cessera pas, bien au contraire, ses fronts se multiplieront, Covid-19 compris, allant de l’immigrationnisme ambiant, aux mensonges des politiciens quant à la reprise des affaires ou à la rentrée du travail.

Saturday, 2 May 2020

Cava dei Greci



Époque charnière, semaines qui défilent. Admettons que du confinement à la déconfiture, le chemin ne serait guère long. L’horizon du mois de mai enfin atteint et c’est déjà l’été grec qui s’annonce. Au village, on vit toujours au rythme des caïques d’ici ou alors de courte escale, comme dans l’après-midi du premier mai. Un chalutier d’Égine est venu décharger sa prise jusqu’à l’entrée du port, il y avait même de la crevette à bord mais en quantité exclusivement destinée au grossiste du coin. Petite déception, grande curiosité !

Wednesday, 29 April 2020

It's Byzantium !
C’est Byzance !



Hermès de greekcrisis n’en revient pas. Les métronomes du temps perdu annoncent cette semaine la fin progressive du confinement. “C’est long nous le savons mais c’est nécessaire ; ce que nous avons décidé et mis en œuvre c’est pour votre bien, nous avons gagné une première bataille.” Voilà pour le discours officiel, à peine paraphrasé. Il faut dire qu’il y a de la grogne qui monte depuis le pays réel, celui de l’économie pratique alors boiteuse.

Saturday, 25 April 2020

The box
La caisse



La vie ne s’arrêtera pas pour cause de confinement ou même de son monde d’après. On l’espère en tout cas. Au village, on trouve déjà le temps long et on se balade alors fréquemment sur les bords de mer. La surveillance est devenue discrète, les policiers n’en font plus un plat, sauf... pour traquer les pauvres adeptes de la pêche des amateurs. Notre ami dénoncé l’autre jour ne cédera pas, il faut dire que les garde-côtes lui ont infligé une amende de 150 euros. De la pêche au péché... le chemin est parfois bien court.

Wednesday, 22 April 2020

Heartache of joy
Chagrin de joie



Les confinés de tous les pays attendent leur délivrance. Le temps se fait bien long, même en plein Péloponnèse rural et côtier. Arrêt prolongé du moteur et alors, plus rien ne tourne tout à fait comme avant. Maigre consolation, le poisson est abondant car il n’est plus pêché, le capitaine Yánnis s’en plaint même. “C’est une excellente prise, je ne vends pas cher, mais voilà, je suis amarré depuis tôt ce matin et je n’ai pas vu un seul client. Je sens que le poisson restera pour nous et pour notre congélateur car rien ne se perd, surtout par les temps qui courent.” En effet.

Friday, 17 April 2020

Good Friday Passion
Douleur du Vendredi saint



Le pays réel à l’arrêt, privé même de sa Résurrection. Du jamais vu jusqu’à notre nouveau siècle, décidément biscornu. “Pâques est pour les Grecs la plus grande fête de l’année. Le soir du Vendredi saint, dans toutes les villes et tous les villages, la foule accompagne en procession le catafalque du Christ, couvert de fleurs, jusqu’à l’église”, précise à l’attention des lecteurs francophones le traducteur Michel Volkovitch en introduction au recueil de Yórgos Ioánnou “Douleur du Vendredi saint”, précision d’ailleurs toujours utile par les temps qui courent.

Monday, 13 April 2020

Confinosaurs
Confinosaures



Les confinés du pays sommaire et déjà du monde d’après, se réveillent parfois assez tôt. On guette les chalutiers de retour au port, c’est vrai que le poisson est abondant sauf que les prises ne sont pas à la hauteur car la demande est en forte baisse et que la pêche des amateurs reste toujours interdite. Les chats, plus imperturbables que jamais, iront pêcher aux premiers instants de la journée... en bons professionnels, clarté éclatante sur ces plages du Péloponnèse que visiblement les touristes déserteront alors massivement l’été prochain. Temps nouveaux ?

Friday, 10 April 2020

Anschluss virus
Du virus à l’Anschluss



Au pays des Atrides, la pêche des amateurs est désormais interdite, de même que la plongée ou la baignade. La vieille femme qui pêche pour sa survie sur un port vide, ne peut compter désormais que sur la seule solidarité des patrons des chalutiers professionnels. Le pouvoir Mitsotákis fidèle à sa mission de promotion du nouvel ordre mondial multiplie alors et par décrets, mesures et interdictions mesquines, sans le moindre fondement. Et toujours, en violation de la Constitution. Triste alors loi fondamentale, systématiquement violée depuis dix ans, lorsque les nazis de Berlin et du 4ème Reich européiste ont imposé à la Grèce sous prétexte d’une farce appelée dette, une nouvelle colonisation sans égal depuis l’autre temps qui fut le leur, celui des Panzers.

Monday, 6 April 2020

Lunar democracies
Démocraties lunaires



Avril et son poisson sous une pluie battante. L’ensemble du pays confiné affronte ainsi... les éléments réunis, plus la tempête, sale temps. “On en a vu d’autres”, répètent inlassablement les vieux du village pendant que les plus jeunes creusent de leurs doigts accoutumés, le... trou béant de leurs Smartphones. “Rien n’est comme avant et ce n’est que la leçon inaugurale”, insistent les vieux. C’est également vrai lorsque par ce temps exceptionnellement mauvais, nous n’avons pas commémoré la Révolution nationale de 1821, la fête nationale du 25 mars. L’exception est d’autant plus triste car le contexte est, au dire de tous, suffisamment sournois.

Tuesday, 31 March 2020

The real country is preparing for it
Le pays réel s’y prépare



Ce premier mois de mars apocalyptique se termine. Le virus galope en Europe mais moins en Grèce, le pays réel reste confiné et au sujet des politiciens, ils sont décidément attendus à la sortie du tournant. Du fond du Péloponnèse... simplifié, c’est plutôt le capitaine Yánnis qu’est le plus attendu en ce moment. Lui et son poisson, plus que jamais chaque matin. “La mer, c’est avant tout la liberté, autant que notre survie”, insistent-ils les habitants. Histoire, disons-le, de former un petit cercle... à une certaine distance aux allures d’Agora, si ce n’est que pour quelques minutes maintenant que les cafés sont fermés. Mars apocalyptique.

Saturday, 28 March 2020

Fetid Germany
Allemagne fétide



Le temps historique file à toute vitesse, la vraie vie toujours sous clôture. La petite bourgade du Péloponnèse aux bistrots fermés et aux habitants confinés a sitôt perdu l’essentiel de son âme. Les habitants munis des autorisations “coronarites” quittent le domicile uniquement pour de maigres petites courses et encore. Le seul pompiste a déjà mis la clef sous la porte, du moins provisoirement. La destinée collective pratique ainsi mise entre parenthèses, dans la rue, les échanges entre nous deviennent de plus en plus brèves, et toujours à deux mètres de distance. Célébrons sinon le calme plat, d’ailleurs sous la pluie. Seuls nos chats, animaux adespotes par excellence rodent alors partout sans avoir trop à se méfier des humains et notamment de leurs véhicules.

Tuesday, 24 March 2020

Greek confinement
Confinement à la grecque


Confinement à la grecque. La mesure a été annoncée dimanche soir pour entrer en vigueur lundi 23 mars à six heures du matin. Calquée sur le modèle français, elle autorise les sorties jugées essentielles dont les balades à proximité du domicile. Seul le montant de l’amende est différent, 150€ en Grèce au lieu de 135€, initialement dans l’Hexagone. Sitôt l’annonce faite, du jamais vu et comme ailleurs, les habitants de la petite bourgade du Péloponnèse se sont massivement promenés dans la soirée comme rarement en cette saison. “Profitez-en, demain tout sera fichu.” Rires. On aborde les sujets du jour et avant tout, les maladies de notre temps, pour finalement envier aux pêcheurs professionnels du coin, leurs sorties toujours autorisées, en les regardant jalousement depuis la terre, plus ferme que jamais. “Capitaine Yánnis et les siens ont bien de la chance.”

Friday, 20 March 2020

Timeout
Temps mort



Temps modernes. Passage obligé et soudain de la culture de la paix à celle de guerre. Nos supposés points d'équilibre se brisent comme souvent en histoire humaine, nous l’avions pourtant oublié. Points d'équilibre alors semblables au prix du pétrole brut, lequel n’est guère loin de cette barre si chère aux économistes, fixée à 20 dollars le baril. “Sous cette barre on le sait, on peut basculer d’un moment à l’autre de la guerre à la paix.” Du coronavirus... au “coronavirage”, le voilà ce vieux jeu qui nous rattrape.

Friday, 13 March 2020

The last rain
La dernière pluie


L’agressivité de la Turquie se déchaîne chaque jour davantage ; Erdogan menace et provoque. En face, l’armée grecque utilise ses ventilateurs géants pour renvoyer les gaz lacrymogènes lancés par les assaillants en territoire turc. Depuis deux jours des chasseurs F-16 turcs ont violé l’espace aérien grec près de la frontière à deux reprises, manifestement pour photographier les positions des forces terrestres grecques déployées dans la zone. Jeudi matin, les avions turcs ont été interceptés et obligés à faire demi-tour par les chasseurs grecs. On apprend également que les sous-marins des deux pays sont déployés en mer Égée, plus sur la terre ferme... le coronavirus. “Préparons-nous à mener la guerre sur tous les fronts” entend-on depuis nos radios, voilà pour l’ambiance.

Wednesday, 11 March 2020

At the borders of the Apocalypse
Aux frontières de l'Apocalypse



Temps apocalyptiques. Apocalypse, le mot est grec et il désigne l’action de distinguer ce qui est couvert et caché. On plonge alors dans le domaine de la vérité dévoilée aux hommes, avant ou même après toute théologie. C’est aussi d’époque. Le pays réel redécouvre la géopolitique qui est la sienne et aux dernières nouvelles depuis notre frontière aux portes de l’Europe, l’armée turque utilise ouvertement ses véhicules blindés pour abattre les barrières, comme elle lance ses djihadistes mélangés à ses propres commandos à l’assaut... de la Grèce car les migrants ont été mis visiblement et par endroits en retrait. Pour l’instant.

Saturday, 7 March 2020

War culture
Culture de guerre



Aux dernières nouvelles la guerre, peut-être préalablement... à son ouverture totale se précise et elle se diversifie. Les consciences à leur tour s’aiguisent à travers un élan de solidarité nationale qui traverse désormais l’ensemble du pays réel. Des réservistes des forces spéciales rejoignent la frontière avec la Turquie depuis la Crète, tandis que de nombreux comités de citoyens et des municipalités, prennent en charge une bonne partie de l’approvisionnement des soldats et des policiers qui gardent la frontière. On scrute les nouvelles, on se couche chaque soir en se disant que pourvue qu’encore cette nuit, les nôtres puissent tenir. Il faut empêcher coûte que coûte, entend-on de partout, l’invasion du pays par ces migrants musulmans fanatisés, lancés sur nos frontières par la piraterie islamo totalitaire de la Turquie d’Erdogan. Le contexte est comme on dit gentiment, bien grave. Printemps grec... aux portes de l’Europe.

Tuesday, 3 March 2020

Asymmetric threat
Menace asymétrique



Les médias mainstream finissent par évoquer la guerre et la tentative d’invasion pour ce qu’elles sont. Le “gouvernement” parle de menace asymétrique et met l’armée en état d’alerte, toutes les permissions des militaires sont annulées. “Tous ceux à gauche qui chez nous, estiment que notre patrie ne doit plus être habitée par les Grecs mais par les envahisseurs, qu’ils nous le disent alors ouvertement”, radio 90.1, grande écoute le 2 mars au matin. En plein carnaval... les masques tombent.

Sunday, 1 March 2020

Invasion ante portas



La guerre en cours, l’invasion ante portas. Plusieurs dizaines de milliers de migrants sont transportés gratuitement en autocars jusqu’à la frontière grecque par les soins du régime islamo-totalitaire d’Erdogan, de même que face aux îles grecques de la mer Égée orientale. La barbarie de la politique turque se frotte désormais aux Puissances, de la Syrie à la Grèce, tandis que les migrants savamment mêlés aux agents de la Turquie et aux islamistes, incarnent alors cette arme humaine à destruction massive, instrumentalisée pour ainsi... en finir avec les nations européennes.