Wednesday, 29 April 2020

It's Byzantium !
C’est Byzance !



Hermès de greekcrisis n’en revient pas. Les métronomes du temps perdu annoncent cette semaine la fin progressive du confinement. “C’est long nous le savons mais c’est nécessaire ; ce que nous avons décidé et mis en œuvre c’est pour votre bien, nous avons gagné une première bataille.” Voilà pour le discours officiel, à peine paraphrasé. Il faut dire qu’il y a de la grogne qui monte depuis le pays réel, celui de l’économie pratique alors boiteuse.

Saturday, 25 April 2020

The box
La caisse



La vie ne s’arrêtera pas pour cause de confinement ou même de son monde d’après. On l’espère en tout cas. Au village, on trouve déjà le temps long et on se balade alors fréquemment sur les bords de mer. La surveillance est devenue discrète, les policiers n’en font plus un plat, sauf... pour traquer les pauvres adeptes de la pêche des amateurs. Notre ami dénoncé l’autre jour ne cédera pas, il faut dire que les garde-côtes lui ont infligé une amende de 150 euros. De la pêche au péché... le chemin est parfois bien court.

Wednesday, 22 April 2020

Heartache of joy
Chagrin de joie



Les confinés de tous les pays attendent leur délivrance. Le temps se fait bien long, même en plein Péloponnèse rural et côtier. Arrêt prolongé du moteur et alors, plus rien ne tourne tout à fait comme avant. Maigre consolation, le poisson est abondant car il n’est plus pêché, le capitaine Yánnis s’en plaint même. “C’est une excellente prise, je ne vends pas cher, mais voilà, je suis amarré depuis tôt ce matin et je n’ai pas vu un seul client. Je sens que le poisson restera pour nous et pour notre congélateur car rien ne se perd, surtout par les temps qui courent.” En effet.

Friday, 17 April 2020

Good Friday Passion
Douleur du Vendredi saint



Le pays réel à l’arrêt, privé même de sa Résurrection. Du jamais vu jusqu’à notre nouveau siècle, décidément biscornu. “Pâques est pour les Grecs la plus grande fête de l’année. Le soir du Vendredi saint, dans toutes les villes et tous les villages, la foule accompagne en procession le catafalque du Christ, couvert de fleurs, jusqu’à l’église”, précise à l’attention des lecteurs francophones le traducteur Michel Volkovitch en introduction au recueil de Yórgos Ioánnou “Douleur du Vendredi saint”, précision d’ailleurs toujours utile par les temps qui courent.

Monday, 13 April 2020

Confinosaurs
Confinosaures



Les confinés du pays sommaire et déjà du monde d’après, se réveillent parfois assez tôt. On guette les chalutiers de retour au port, c’est vrai que le poisson est abondant sauf que les prises ne sont pas à la hauteur car la demande est en forte baisse et que la pêche des amateurs reste toujours interdite. Les chats, plus imperturbables que jamais, iront pêcher aux premiers instants de la journée... en bons professionnels, clarté éclatante sur ces plages du Péloponnèse que visiblement les touristes déserteront alors massivement l’été prochain. Temps nouveaux ?

Friday, 10 April 2020

Anschluss virus
Du virus à l’Anschluss



Au pays des Atrides, la pêche des amateurs est désormais interdite, de même que la plongée ou la baignade. La vieille femme qui pêche pour sa survie sur un port vide, ne peut compter désormais que sur la seule solidarité des patrons des chalutiers professionnels. Le pouvoir Mitsotákis fidèle à sa mission de promotion du nouvel ordre mondial multiplie alors et par décrets, mesures et interdictions mesquines, sans le moindre fondement. Et toujours, en violation de la Constitution. Triste alors loi fondamentale, systématiquement violée depuis dix ans, lorsque les nazis de Berlin et du 4ème Reich européiste ont imposé à la Grèce sous prétexte d’une farce appelée dette, une nouvelle colonisation sans égal depuis l’autre temps qui fut le leur, celui des Panzers.

Monday, 6 April 2020

Lunar democracies
Démocraties lunaires



Avril et son poisson sous une pluie battante. L’ensemble du pays confiné affronte ainsi... les éléments réunis, plus la tempête, sale temps. “On en a vu d’autres”, répètent inlassablement les vieux du village pendant que les plus jeunes creusent de leurs doigts accoutumés, le... trou béant de leurs smartphones. “Rien n’est comme avant et ce n’est que la leçon inaugurale”, insistent les vieux. C’est également vrai lorsque par ce temps exceptionnellement mauvais, nous n’avons pas commémoré la Révolution nationale de 1821, la fête nationale du 25 mars. L’exception est d’autant plus triste car le contexte est, au dire de tous, suffisamment sournois.