Wednesday, 11 November 2020

Under the shadow of the Great War
Sous l'ombre de la Grande Guerre



Constantinople le 21 Juillet 1921 - Mon cher Georges - Cela fait plusieurs jours que nous n'avons pas reçu de lettres et nous sommes fort inquiets. Tu nous as gâtés et maintenant nous attendons une lettre tous les deux jours. Vendredi dernier je me suis rendu en compagnie de l'oncle Constantin à l'église de St Georges et nous avons prié pour que Dieu te garde. Nous t'embrassons, moi et la petite Lisa. Ton frère qui t'aime. Constantin Mágnis”.

Lettre trouvée sur le soldat Mágnis Georges, mort au combat le 12 Août 1921, à 40 km d'Ankara, Archives privées Akýlas Millas, Athènes.

Soldats grecs défilant sur les Champs-Élysées. Paris, 1919

La Guerre gréco-turque en Asie Mineure 1919-1922 sous l'ombre de la Grande Guerre. Quelle culture de guerre?

Par le Traité de Sèvres, signé en août 1920, la Grèce se voit attribuer une zone de 17.500 km2 de cette région en partie habitée par une population grecque. Une nouvelle campagne de l'armée hellénique commence alors, par le débarquement à Smyrne des premiers soldats en mai 1919. Une bonne partie de cette armée grecque de 1919, avait participé aux Guerres Balkaniques de 1912-1913, et elle provient de l'armée Vénizéliste de la “Défense Nationale” qui, en Grèce du nord dans la région de Macédoine, a combattu les Puissances Centrales aux côtés des alliés de l'Entente.

Car il d’abord faut préciser que l'entrée de la Grèce dans la Grande Guerre, n'a jamais fait l'unanimité à travers le pays au moment des faits. Il y a d'un côté Venizélos, le grand homme politique et Premier ministre proche de l’Entente cordiale et en face, le roi Constantin, œuvrant pour la neutralité de la Grèce, une neutralité plutôt favorable aux Empires centraux et notamment à l'Allemagne. Olivier Delorme historien et écrivain, l'analyse d'ailleurs fort bien dans son œuvre en trois volumes “La Grèce et les Balkans”, une histoire très fouillée et fort documentée de la période, dont je conseille la lecture aux amis de ce blog, curieux des faits grecs et plus largement balkaniques. Inutile de dire combien les analyses d’Olivier Delorme sur les faits actuels... suivent alors hélas l’histoire et ses tendances disons lourdes. Dernière en date, son article sous le titre “L’Allemagne est l’allié du régime islamo-impérialiste d’Erdogan”, tout est dit.

Retour à la Grande Guerre. “Pour autant, la situation de la Grèce demeure fragile. Les désaccords avec l'Italie, sur l'Épire du Nord et le Dodécanèse, les frustrations bulgares, le refus turc de reconnaître la souveraineté grecque sur les îles de l'Égée avaient convaincu Venizélos de la nécessité d'un rapprochement avec la puissance navale britannique et la France, pour lequel militaient aussi la proximité idéologique ente les démocraties parlementaires anglaise, française et grecque, ainsi que l'amitié personnelle nouée par le libéral Venizélos avec le libéral Lloyd George. Mais ces options-là ne sont pas celles du roi. Tourné vers l'Allemagne par sa culture, sa formation militaire, sa conception de la monarchie, les liens matrimoniaux... La Grèce monarchiste est sentimentalement attachée à la personne du roi, conservatrice, centrée sur la Vieille Grèce, structurée par les relations clientélistes des notables traditionnels, appuyée sur les officiers supérieurs germanophiles de l'infanterie. La Grèce vénizéliste est bourgeoise, libérale, regarde vers l'Ouest et bénéficie de larges soutiens dans une marine largement anglophile, mais elle regroupe aussi des paysans sans terre et des ouvriers qui espèrent la poursuite des réformes, les Crétois qui ont si longuement espéré l'Énosi, - l'Union de leur île avec la Grèce - en général, la population hellénophone des nouveaux territoires”.

Culture de guerre dans les Balkans. Grèce, années 1910-1920

Olivier Delorme, “La Grèce et les Balkans”

Et c'est entre l'été et l'automne 1916 que les Vénizélistes, forts de leur armée dite de la “Défense nationale” font sécession à partir des territoires du nord, en Épire, en Macédoine et notamment à Thessalonique, régions déjà contrôlées par les forces armées de l'Entente. Ainsi, une nouvelle armée grecque est rapidement formée, elle est sitôt mise à disposition du commandement interallié franco-britannique. En 1917, un an plus tard, le roi quitte son palais d'Athènes pour la Suisse, suite aux ingérences et aux pressions des pays de l'Entente. La Grèce est alors unifiée sous le seul pouvoir des Vénizélistes et elle poursuivra la guerre comme... prévu. Inutile de dire que ce moment de l'histoire contemporaine est depuis appelé à très juste titre le Schisme national. Cette déchirure, d’abord politique, elle est autant civilisationnelle et sociale, aux conséquences tout de même considérables pour l’histoire contemporaine grecque des années 1915 à 1940.

Ainsi sur le front Macédonien de la Grande Guerre, 90 bataillons sur les 280 dont disposait en 1918 Franchet d'Espèrey, étaient grecs.Nos villes ici sont les abris où nous avons collaboré avec nos Frères et Alliés, les Français, nos trottoirs sont nos belles tranchées et nos pâtisseries sont ces caisses qui contiennent les cartouches et les grenades. Les dragées sont les balles que les infidèles, nos ennemis, nous envoient pour nous faire peur”. Lettre expédiée du front macédonien par le caporal Pávlos Papamarkákis à une marraine de guerre en août 1918, Archives Mnímes, Athènes.

Sur le plan opérationnel, à partir de l'été 1919, la tactique d'une pénétration limitée, au-delà des termes du Traité de Sèvres se transforme progressivement en une véritable grande campagne à l'intérieur d'Asie Mineure. Son but, briser les forces turques de l'armée kémaliste, qui se renforcent peu à peu. Par l'échec stratégique des opérations menées par l'armée grecque au-delà du fleuve Sangários, durant l’été 1921, à près de 40 km d'Ankara, conduisant à l'élargissement du front, désormais étendu sur environ 600 km, et par l'éloignement des centres d'approvisionnement, la campagne d'Asie Mineure devint une aventure de plus en plus coûteuse pour les forces grecques, dépassant de loin les objectifs initiaux liés à la géographie et à l'esprit du Traité de Sèvres.

Venizélos, le général Sarrail et l'amiral Kountouriótis inspectant des troupes grecques

Cimetière militaire français près de Thessalonique

Après onze longs mois sans opérations d'envergure, l'éclatement des lignes grecques du 14 Août 1922, conduit à l'effondrement et à la déroute militaire. La capture et le massacre de milliers de soldats et de civils grecs par les Turcs, provoque ainsi l'exode de la totalité des populations grecques autochtones d'Asie Mineure. En Juillet 1923, le Traité de Lausanne retrace la frontière gréco-turque et entre-temps janvier 1923, la Grèce et la Turquie conviennent de l'échange des populations, à l'exception des Grecs de Constantinople et des îles de Ímvros et Ténédos, ainsi que des musulmans de la Thrace occidentale. Le juriste Stélios Seferiádis, père du poète et diplomate Yórgos Séféris avait d'ailleurs rédigé un rapport sur la question, “L'échange des populations”, paru à Paris en 1929.

Cet affrontement, à la filiation, à la fois de la Première Guerre Mondiale, des Guerres Balkaniques et du contexte historique particulier entre les deux pays Grèce et Turquie, est vécu et pratiqué par le fantassin grec suivant des usages qui d'un tout premier abord semblent assez conformes à la culture de guerre de 1914-18. Pour bien des aspects, la vie du soldat grec de cette période présente des traits comparables avec celle de son homologue français de 1914-18 : gazettes du front, marraines de guerre, correspondance, brutalité du combat. De même à l'arrière, en Grèce continentale et dans les villes côtières d'Asie Mineure, les Grecs paraissent suivre la même matrice culturelle qui les oppose depuis les deux Guerres Balkaniques, puis, sur le front Macédonien de la Grande Guerre, aux mêmes ennemis Bulgares et Turcs.

La Grande Guerre entre souvenir et vécu

En 1919, le soldat grec se souvient de 14-18, et des Guerres Balkaniques. Ce souvenir récent et direct pour ces vétérans encore sous les drapeaux, est rapporté aux recrus des classes suivantes, et il devient ainsi amplement partagé par l'ensemble de l'armée grecque. Les écrits du front d’Asie mineure entre 1919 et 1922 font d'ailleurs souvent allusion aux guerres passées de la période 1912-1918, manifestant une certaine préférence pour celle de 14-18. Ce conflit par sa brutalité et sa force, a indiscutablement imprégné le modèle combattant du soldat grec, qui n'ignore pas à cette date la nature et la culture des grandes batailles du front occidental. Ce dernier, se sert du modèle combattant de 14-18 tantôt pour se prouver égal au fantassin français, tantôt pour exprimer le supposé dépassement de ce même modèle. Les références les plus explicites évoquent surtout la bataille de Verdun et dans une moindre mesure celle de la Marne.

Soldats de l'Entente sur le front d'Orient en 1918

Venizélos et le Général Sarrail en 1918

Tel un combattant grec évoquant la bataille de la Marne : “La lutte ici est acharnée. Notre franchissement du fleuve Sangários est une de plus grandes et terribles opérations militaires. Même la bataille de la Marne ne peut se comparer à cet exploit”, lettre expédiée d'Asie Mineure par le soldat Stavrídis Arsénios à une marraine de guerre, août 1922, Archives Mnímes. Tel un autre soldat grec, qui compare le champ de ses batailles de l'été 1921 sur un sol anatolien immense et montagneux à Verdun, en ces termes : “Ces endroits étaient minables, pourtant nous les avons défendues conformément à Verdun”, Lettre de 1922 du soldat Koríbeis, Archives ELIA, Athènes.

L'enfer quotidien de Verdun est connu et... même assimilé par le soldat grec jusqu’à ses détails durant les batailles de l'été 1921 en Asie mineure. “Le plateau de Sibatsi fut le Verdun de l'armée grecque, car nos artilleurs n'avaient plus d'obus, et tout moyen de transport de notre Division était affecté au ravitaillement en munitions”, Lettre de 1922 du soldat Ayfantís, Archives ELIA. La mémoire donc de Verdun et du patriotisme français, dépasse les frontières, et à la lumière des représentations du combattant grec, Verdun se place incontestablement parmi les plus grandes batailles, faisant partie intégrante d'une mémoire qui excède la stricte mémoire nationale. Nos morts de la bataille de Sangários seront placés par l'historien du futur à la hauteur de ceux qui sont tombés lors des combats de géants à Marathon, à Alamána, à Kilkís et à Skrá, aux côtés de la Marne et de Verdun. Notons qu'Alamána est une bataille de la Guerre d'Indépendance grecque de 1821 à 1828, tandis que Kilkis et Skrá sont deux batailles des Guerres Balkaniques et de 14-18 en Macédoine. Lettre de 1922 du soldat Papalexópoulos, ELIA.


Ces allusions faites à Verdun, écrites à cette date 1922, évoquent indirectement l'état d'esprit qui domine dans l'armée hellénique. Le combattant grec ne doit pas ignorer qu' à Verdun, les soldats français “étaient maintenant revenus de leurs illusions de jeunesse ; ils ne s'imaginaient plus gagner la guerre en une seule bataille”, d'après Marc Ferro, La Grande Guerre 1914-1918 Paris, 1990. Après les offensives de 1921 qui n'ont pas amené la fin de la guerre en dépit des promesses du monde politique et de l'État-major, le soldat grec ne croit qu'à une solution du conflit par la seule diplomatie.

Le fantassin grec porte enfin, au-delà de la mémoire des grandes batailles, un jugement global sur l'ensemble de la Guerre de 14-18, en tant qu'événement d'une histoire presque immédiate, mais mutatis mutandis achevée. En ce sens, il prend position et juge l'héritage culturel et social de la Grande Guerre par un regard d'après-guerre, tout en menant son propre combat sur le terrain. Ainsi, les interrogations et les craintes sur l'avenir du monde, exprimées dans les lettres des certains soldats grecs, prédisent déjà un état d'esprit annonciateur des années 1930.


Si quelqu'un voulait observer au-delà de son propre cercle patriotique, c’est-à-dire, se situer au cercle plus large de l’humanité entière, il verrait certaines choses plutôt agréables. Des nationalités jadis soumises au joug étranger deviennent des états libres. Les irrédentistes de plusieurs nations couvent déjà dans les bras de leurs mères patries. Les nations chauvines sont tombées brisées. Les barbares ont reçu leur punition. En un mot, le grand problème social des nationalités a trouvé sa solution par la guerre qui vient de se terminer”.

Sauf que le drame humain n'est pas fini. En ce moment le drame semble entrer dans une crise et d'ici peu, la délivrance se profile avec violence. Celui qui lit fréquemment les journaux - et il a ainsi le monde entier sous ses yeux - est effrayé devant le spectacle donné par l'humanité. Des révolutions éclatent partout, tout comme des massacres et des affrontements. S'agit-il des restes de la grande agitation qui vient de se terminer? Non, ces événements progressent et peuvent pas être que de prémisses. J'aurais voulu évoquer aussi les mauvais signes concernant les affaires de notre patrie. Mais il est pour certains inconvenant d'évoquer un drame au bon milieu d'un mariage”. Lettre expédiée de Thrace par un soldat anonyme à une marraine de guerre, en mars 1920, Archives Mnímes.

Lettre du front et fleure du soldat Nikolópoulos, juin 1919. Mnímes

Il va de soi que des grands événements politiques, tels la Révolution russe de 1917 ou la montée du fascisme en Italie, ne passent pas inaperçus sur le front d'Asie Mineure et de Thrace. On note d'ailleurs pendant l'été 1922, la première apparition dans la presse grecque lors de certaines polémiques, du terme “fasciste”, utilisé par les vénizélistes pour désigner leurs adversaires royalistes.

Néanmoins, si le quotidien de ce front évoque par certains de ses aspects quotidiens la Guerre de 14-18, sa représentation du monde dans la guerre et de la société, approche alors plutôt un temps nouveau. Signe évocateur, le succès encore limité des organisations communistes auprès des soldats grecs dans leur propagande de... cinquième colonne, histoire de saper le moral des mobilisés. D'ailleurs, sur le front de la guerre de propagande, les Turcs de Kemal ont souvent reproduit et propagé sur les lignes grecques et sous forme de tracts, des pages entières du journal officiel du parti communiste grec, “Rizospástis”, parti résolument hostile à la Campagne d'Asie Mineure.

Guerre de civilisation et représentations combattantes

Pendant les derniers mois de la Guerre de 14-18 sur son front d'Orient, et avant même leur débarquement en Asie mineure, les combattants se représentent leur mission en termes de libération de leurs frères, les grecs d'Anatolie, lesquels vivaient encore sous la domination turque.

Nous apprenons aujourd'hui que la Turquie a accepté les conditions des Alliés et elle a signé la paix. Donc la Germano Autriche va se soumettre aussi. D'une part nous avons de la joie car l'humanité se libère, mais d'un autre côté, nous sommes tristes car notre plan a échoué et nous n'avons pas eu le temps d'entrer par le combat dans Constantinople comme nous le pensions. Mais que Tonton Elefthérios Venizélos soit préservé ; lui il les aura, tous ces voisins ennemis”. Lettre expédiée du front macédonien par le soldat Vassilákis à une marraine de guerre, le 18 Octobre 1918, Archives Mnímes.

Soldats grecs en Asie mineure, 1919-1922

Soldats grecs Evzones en Asie mineure, 1919-1922

Les soldats grecs poursuivent alors une ligne de justification de la guerre à la fois conforme au patriotisme grec des guerres balkaniques, et même à la “Grande Idée”, c’est-à-dire rendre à l'État grec tous les territoires proches où des Grecs vivaient encore; idée forgée tout au long du 19ème siècle. Il n'est pas moins vrai que cette justification de la guerre se double d'une notion partagée par tous les combattants Européens de la période ; celle du combat de civilisation. Comme tout soldat français se croit dépositaire d'une civilisation menacée, pour laquelle se bat et meurt parfois, le combattant grec se voit en quelque sorte en chevalier de la civilisation grecque et par extension européenne contre la barbarie turque.

Cette représentation de la guerre en termes de combat, se double dans le cas gréco-turc d'un long clivage historique et d’un aspect religieux. Car si les principaux adversaires de la Guerre de 14-18 s'accusent mutuellement de barbarie - avec le cortège d'atrocités commises - ces nations restent cependant à l'intérieur du seul monde chrétien même divisé, le conflit gréco-turc lui, est ressenti par les deux nations comme étant en plus, un conflit entre le monde chrétien et le monde musulman. “Le dictateur Kemal est l'exterminateur du Christianisme”, alors écrit dans une lettre le caporal Siafákas, Archives Mnímes.

En se tenant aux écrits du front, une abondance de termes utilisés relate cette conception religieuse de la guerre et de l'ennemi. À ce propos, mis à part les fréquentes allusions à une guerre de civilisation, immerge autant une deuxième sémantique, celle pour qui l'ennemi est considéré et souvent traité, comme un “infidèle”. Il est tout autant révélateur des représentations combattantes grecques de la période, que certains soldats grecs utilisent même parfois le terme de “Soufi” pour désigner leurs adversaires turcs. Allusion faite à la doctrine mystique Islamique du Soufisme, au 13ème siècle.Mon commandant, les Soufis nous attaquent et nous n'avons pas assez de cartouches! - Si nous n'avons pas de cartouches nous avons des pierres à lancer, répond le commandant”. Lettre de 1922 en description des combats de l'été 1921, sergent Nikoláou, Archives ELIA.

Messe sur le front. Asie mineure, 1919-1922

Le sport sur le front d'Asie mineure. 1919-1922

D'autres débats passionnels, liés aux représentations de l'autre, autant exploités par la propagande des adversaires de 14-18, sont reproduits en Grèce entre le front d'Orient et celui d'Asie mineure. Désormais, de telles controverses placées dans un cadre national, elles servent à alimenter les nombreuses polémiques politiques, purement grecques. Les accusations allemandes par exemple, portant sur l'emploi par les Français des troupes de couleur, sont pour leur part intégralement reprises en Grèce par le camp royaliste dans sa controverse contre les vénizélistes, alliés de l'Entente Cordiale.

Tous ceux Vénizélistes, sont les entremetteurs des polices étrangères ayant traqué des Grecs, ces gens ont alors servi des guides aux Sénégalais à travers la Macédoine grecque. Ainsi, la bestialité et la débauche noire a pollué les filles grecques les plus blanches sur le lit même de leurs parents”, article du quotidien royaliste régional "L'Épire", janvier 1921, Nikolaḯdis Ioannis, “Jannina d'entre-deux-guerres”, 1993.

Les thèmes en vogue en cette Europe marquée par la Grande Guerre animent également le front et l'arrière grec. La place de la femme dans la société en est un, parmi d'autres. Nombreux soldats du front sont notamment scandalisés du débat sur le fait d'accorder le droit de vote aux femmes. Une marraine de Guerre, “Sœur du soldat”, demande ainsi à ses correspondants du front, officiers et soldats, leur avis sur la question.

Les réponses sont unanimes et sans surprise. Tout autant que le combattant français de 14-18, le soldat grec reste très réservé quant à la place accordée ou revendiquée par la femme dans une société dont lui-même se sent exclu par la guerre, ou tout au moins éloigné. “Tu m'écris, et tu demandes mon avis sur l'affaire du vote des femmes. Puisque la nation grecque est en retrait par rapport au progrès, elle le sera encore plus si ce vote est accordé. Ce n'est pas encore le moment de donner ce droit aux femmes, car même s’il existe 5% des femmes instruites, personne ne peut trier ce pourcentage en lui accordant le droit de vote”, lettre expédiée le en mars 1920 d'Asie Mineure par le lieutenant Kefalákis à une marraine de guerre, Archives Mnímes.

Monument dédié aux soldats grecs de 1918 en Macédoine

Distribution de pain. Asie mineure 1919-1922

Ou encore comme l'écrit encore ce même officier, dont sa position sur le sujet durcit d'ailleurs au fil des mois interminables au front. “Pour dire la vérité vous réclamez tous vos droits, mais connaissez-vous, vos devoirs? Je voudrais bien savoir, qui parmi ces femmes émancipées, qui se contentent de faire l'amour sans limites, et qui disent - Moi je suis la femme nouvelle - connaissent un peu la vraie vocation féminine. Oh mes amies, laissez-nous tranquilles dans notre misère et dans notre malheur”. Le lieutenant Kefalákis mars 1922, Archives Mnímes.

Les hommes en guerre ne peuvent donc ni saisir, ni accepter certains bouleversements d'une société civile en temps de guerre, où d'ailleurs, ils ne peuvent guère intervenir. Suivant leur vision trouble, le conflit a détruit “l'ordre établi du monde”, pour ce qui est des femmes en tout cas, “car elles ont toujours eu la cervelle légère, mais heureusement cette cervelle était jusque-là contenue bien dans leur crâne. Maintenant, elle est sortie du crâne et il est en train de voler au-dessus de leur tête, à tel point, qu'elles ne savent plus ce qu’elles veulent, et alors elles exigent le droit de vote”. Lettre expédiée d'Asie Mineure par le sous-lieutenant Ártemis à une marraine de guerre en juin 1920; Archives Mnímes.

Front d'Asie mineure, la messe. 1919-1922

Quant à l'appréciation globale de leur temps de guerre, les combattants grecs nourrissent d'avantage que leurs homologues français de la Grande Guerre, ces angoisses eschatologiques de fin d'époque. Leurs termes toujours empruntés à un fond culturel religieux chrétien, s'avèrent parfois millénaristes, car pour eux la guerre c'est “l'enfer, c'est le Moyen Age, c'est le début de la fin du monde qui s'annonce pour le 21ème siècle”. Lettre de 1922 du soldat Danaós, Archives ELIA. Le prolongement douloureux du conflit en dépit des promesses des politiques, réconforte même cette terminologie... apocalyptique qui vers la fin de la guerre, devient de plus en plus fréquente dans les écrits du front.

Combattre sur le front d'Asie mineure

Peut-on vraiment comparer l'univers quotidien brutal du combattant grec en Asie Mineure avec celui du front occidental de 14-18? En quoi la situation matérielle, quotidienne du front d'Asie s'inscrit-elle dans la même modernité que l'univers du soldat français de Verdun ou de la Somme?

Il y a d'abord l'équipement de l'armée hellénique de la période qui reste proche du modèle français, d’abord, l'uniforme du fantassin et le casque sont d'origine française. Le matériel de guerre et son usage sont essentiellement issus de la Grande Guerre. Entre autres, on y trouve le fusil Lebel ou Mannlicher, l’utilisation de mitrailleuses par petites unités, celle de l'artillerie lourde comme de l'aviation, la diffusion de tracts de propagande, avec en plus, l'emploi de l'artillerie de montagne et de la cavalerie.

Seulement, le matériel à lui seul ne suffit pas à forger un combattant dans sa pratique de la guerre. Car la vraie confrontation du combattant grec à l'univers de 14-18 se fit sur le front d'Orient. C'est ici que les troupes grecques ont vu leurs alliés à l'œuvre, et ils ont pu réellement prendre la mesure de leur spécificité culturelle. Tel est par exemple le cas du combattant Parthénios pour qui combattre ensemble c’est une chose, combattre à l'identique en est une autre.

Enterrement sur le front d’Asie mineure 1919-1922

C'est ici que nous avons vu pour la première fois l'armée franco-sénégalaise. Elle se trouvait à la droite du secteur de combat de la 5ème Compagnie. Jamais auparavant nous n'avions vu une armée alliée combattre l'ennemi si proche de nous. C'était la première et la dernière fois. C'est là-bas que nous avons compris qu'ils avaient leur manière à eux de combattre l'ennemi”, A. Parthénios, “Première Guerre Mondiale et Smyrne - L'histoire d'un soldat”, Athènes 1997.

L'ancien combattant Strátis Myrivílis, grand écrivain grec par la suite, a laissé à ce propos un texte remarquable, illustrant la vie des soldats grecs sur le front d'Orient de la Grande Guerre, dont la critique littéraire a sitôt salué la parution. De Barbusse à Remarque et de Latzko à Florian Parmentier, il n'a rien été écrit de plus poignant. Pourtant, l'ouvrage de Myrivílis est aussi spécifiquement grec que celui de Pina de Moraes est portugais, écrit Philéas Lebesgue dans les années 1930, il est chroniqueur littéraire au Mercure de France. Le livre a été traduit et publié en français sous le titre “La Vie dans la tombe” dès 1933 et ensuite en 2016, dans une édition augmentée.

Commencé comme un carnet personnel depuis le front, son texte figure parmi les classiques de littérature mondiale de l'entre-deux-guerres. Car à sa lecture, on peut saisir l'univers des soldats grecs de 1917-1918, comprendre qu'ils s'apprêtaient à faire une autre guerre que celle des tranchées et de la boue, moins moderne et plus conforme à leurs stéréotypes de 1912-1913. D'où, selon Myrivílis, leur ennui et leur immense détresse. Notons que l’auteur a été par la suite dans les années 1920, l'initiateur et l'éditeur à Mytilène, capitale de Lesbos qui est son île, du seul journal qui se revendiquait ouvertement “étant au service des intérêts des anciens combattants” alors titré “La Cloche”.

Strátis Myrivílis - La Vie dans la tombe, édition de 2016

Strátis Myrivílis - Portait

Du point de vue du combattant, on se place certes dans le schéma de la nouvelle brutalité inaugurée sur les fronts de 14-18, mais avec en plus, des combats rapprochés à l'arme blanche beaucoup plus fréquents, comme il était d'usage lors des Guerres Balkaniques. Combattre donc par tous les moyens disponibles, infliger si possible la mort au mépris de toutes les normes, voilà ce qui caractérise les batailles en Asie Mineure. “L'ennemi est à ce stade du combat, vaincu. Les Turcs tentent de fuir en jetant leurs armes pour se sauver. Nos soldats les rattrapent dans leurs mains et les tuent à coups de pierres ou sur les caisses à munitions; d'autres sont tués à la baïonnette. Ces moments sont féroces. Il y a des cadavres partout”, écrit le capitaine Nikolópoulos à une marraine de guerre en octobre 1920, Archives Mnímes.

Cette manière de combattre relève d'ailleurs autant de l'héritage des guerres balkaniques que du front d'Orient de 14-18. Il en va de même si l'on considère le sort réservé aux prisonniers et aux blessés. Dans leurs lettres, les soldats grecs évoquent avec effroi la possibilité d'une captivité. Ils la situent plus haut que la mort dans l'échelle de l'abominable.

Les Turcs ont attaqué vers 15 heures, pendant ce temps, notre camarade et ami Kotsónis s'est éloigné de nos lignes pour aller chercher un sac oublié, il est tombé aux mains d'une patrouille turque et fut fait prisonnier. Comme il n'a pas voulu trahir notre position, les Turcs l'ont sauvagement égorgé car nous avons entendu des cris épouvantables. Le lendemain lors de notre contre-offensive nous n'avons pas retrouvé son corps. Ce n'est que deux jours plus tard qu'il a été retrouvé par nos collègues du 4ème régiment d'infanterie dans un état pitoyable. Oh, quelle torture a dû subir le malheureux, sur sa poitrine il portait deux coups de sabre, ses bras étaient amputés tout comme sa jambe droite. Toute sa compagnie l'a beaucoup pleuré, et elle a vengé sa perte le lendemain lors de la prochaine contre-attaque”, soldat Stavrídis Arsénios à une marraine de guerre, juillet 1919, Archives Mnímes.

Quotidien des soldats grecs en Asie mineure 1919-1922

La sociabilité du front à travers ses écrits

Les “moments libres à la guerre”, remplissent alors de très longs moments d'accalmie, occupés ainsi par les moyens du bord à d'autres activités, en dehors de la stricte bataille. La similitude des activités liés à une sociabilité parallèle au combat, comme aux situations semblables du front occidental de 14-18, est l'élément qui rapproche sans doute le plus les deux mentalités combattantes. Une fonction notable est ainsi tenue par l'écriture.

Le soldat grec de cette période est partiellement alphabétisé, et il écrit beaucoup. Il s'exprime au travers de l'écriture et sur plusieurs niveaux, suivant une ligne de partage parfois assez subtile. Il écrit tout d'abord pour lui-même des journaux personnels, souvent sur de petits carnets qui conserve sur lui avec dévotion à travers les aléas des batailles. Pour ses semblables il rédige de gazettes des tranchées, similaires par leur contenu à celles de 14-18, et à sa famille, il envoie nombreuses lettres et cartes postales. Cependant, une place de choix est tenue par sa correspondance avec les marraines de guerre. Par ce type d'écriture s'illustre mieux le dialogue possible entre l'avant et l'arrière, faisant surgir des lignes de rupture tout à fait similaires, des divisions entre l'avant et l'arrière français de 14-18.

Ces jeunes femmes, mobilisées au sein des organisations de “Sœurs du soldat”, invente et cultivent une forme de parenté symbolique qui réussit, permettent au combattant de s'exprimer avec une liberté de sentiments, rarement extériorisés lors des échanges entre le front et l'arrière. Par cette correspondance même, un échange significatif d'objets, se poursuit tout au long de la période allant de 1918 à 1922, se référer également notre article du blog consacré aux Sœurs du soldat, en août 2020.

Seconde bataille de Skrá, en 1918. Front d'Orient

Certains objets de la mort et du combat sont ainsi façonnés par les artisans du front et transformés en objets décoratifs, sont offerts aux marraines de guerre. Telles les douilles d'obus turcs sculptées, ou les balles qui deviennent des bagues sculptées, pour s'échanger à des objets courants de la vie civile devenus si rares sur le front. Les soldats réclament et reçoivent des marraines, cigarettes, sucreries, matériaux de correspondance, ancre - papier - enveloppes, miroirs de courtoisie et même certains journaux politiques nationaux. “J'ai reçu 30 paquets de cigarettes français, chacun avait une petite photo... de femme nue, j'ai affiché ces 30 photos aux murs de mon abri”, lettre du sergent Grávaris à sa marraine de guerre, juillet 1918, Archives Mnímes.

C'est avec force parfois que le détournement jugé excessif, d'objets de la bataille, si significatif d'une généralisation de la culture de guerre, est alors stigmatisé par les soldats. Les combattants se montrent alors très critiques envers des pratiques qui selon eux, trahissent, voire insultent leur propre vécu. Tel un soldat grec qui du front Macédonien de 1918 de la Grande Guerre, écrit à une marraine de guerre pour dénoncer ces nouvelles modes. Son témoignage trahit d'ailleurs le transfert en Grèce, de certaines pratiques françaises.

J'apprends qu'à Athènes maintenant, c'est la nouvelle mode de porter des plaques d'identification comme nous sur le front, est-ce vrai ? Enfin, cette Guerre a créé des nouvelles modes. Au début on a eu les chapeaux de paille masculins avec un ruban noir, ces chapeaux ont été portés à Paris en signe de deuil, puis nous les Grecs nous en avons fait une mode, et tous les hommes portent un ruban noir autour du chapeau. Ensuite, les infirmières sur le front occidental ont porté des jupes plus courtes et des bottillons afin de faciliter le mouvement, les femmes grecques en ont encore fait une mode. De la même manière, les plaques métalliques que nous portons au combat ont leur signification. Un soldat peut d'un moment à l'autre recevoir un obus et mourir démembré, comment allons-nous ensuite l'identifier? C'est pour cela que nous portons les plaques métalliques. Mais les demoiselles d'Athènes pour quelle raison les portent-elles?”, lettre du sergent Grávaris à une marraine de guerre en mai 1918, Archives Mnímes.

Soldats grecs, front d'Orient, 1918

Enfin, les fantassins grecs composent autant leur propre poésie. L'usage assez fréquent du langage poétique pour exprimer leur situation à la guerre, et plus spécifiquement au combat, n'est guère étonnant. Pour raconter certains moments très particuliers du vécu individuel ou collectif, les possibilités à s'exprimer par une écriture “normale”, sont limitées.

L'extériorisation de ces moments relève donc souvent du conte, du chant, ou du poème. Sur ce dernier point, les soldats grecs du front d’Orient et d'Asie Mineure ont laissé des écrits remarquables. Il s'agit des textes relevant de la poésie populaire traditionnelle, pratique déjà ancestrale pour remémorer les faits guerriers des combattants irréguliers de la Guerre d'indépendance de 1821-1828 et ensuite des Guerres balkaniques de 1912-1913. Plusieurs de ces textes de soldats, sont en effet des chants funèbres, en évocation de la mort d'un camarade, ou des chants épiques qui exaltent la bravoure au combat.

Evzones, combattants grecs durant les Guerres balkaniques

Au-delà de l'écriture, les autres activités de loisir et de repos au front d'Asie Mineure, rapprochent la condition du soldat grec à celle de son homologue français de 14-18. Les combattants pratiquent une gamme des sports, allant de l'athlétisme classique au football et au basket. Ils montent leurs propres représentations théâtrales lorsque les comédiens d'Athènes délaissent le front ; il y a même le cas du 5/42 Régiment d'Evzones qui construit et équipe sa propre salle de projection cinématographique dans sa zone de repos, où les soldats peuvent suivre les actualités filmées et bien-sûr des films de fiction. De ce point de vue, tout comme le reste des européens, le soldat grec se trouve déjà saisi par la culture de l'image filmée.

En guise de conclusion


La guerre grecque de 1917 à 1922, sous l'ombre de la Grande Guerre, quelle guerre grecque? De culture profondément balkanique, elle a aussi emprunté à 14-18, sans pour autant retenir toutes ses leçons. De 14-18, elle s'est sans doute inspirée de la brutalité et d'une relative modernité des moyens et des pratiques de sociabilité combattante. Mais ce qui anime avant toute chose le combattant grec de 1919 est composé de représentations intrinsèques à l'identité nationale néo-hellénique, héritées du patriotisme des périodes antérieures.

Dans la structuration de ce patriotisme, nous devons souligner l'importance des Guerres Balkaniques, d'abord parce que de nombreux vétérans de 1912-1913 ont aussi servi en Asie Mineure, ensuite parce que la masse des combattants de 1919-1922 fut prestement éduquée dans cette culture de guerre aux vecteurs puissants, via l'entourage familial, la presse et l'école.

La Pâques orthodoxe sous le front, Asie mineure 1919-1922, photo recoloriée par Kaplánis

On peut évoquer, à ce propos, le manuel de lecture de la cinquième année de l'école primaire, agréé par le Ministère de l'Éducation nationale pour la période 1914-1918, intitulé: Le Soldat"; sa couverture étant décorée de l'aigle byzantin à double tête. Il serait même concevable, pour l'historien, d'élargir la chronologie purement événementielle de cette guerre, 1919-1922, et suggérer ainsi un temps plus long, allant de 1912 à 1922 dans la perspective plus longue d'une longue durée guerrière, initiée dès 1912.

La Deuxième Guerre mondiale en Grèce comme ailleurs, plongera pourtant le monde dans un univers nouveau, rapprochera davantage et, par une violence inouïe, jusqu'à la confusion, l'arrière et le front. Sur les montagnes albanaises pendant que les Grecs repoussent l'armée italienne, et, en dépit des combats acharnés on pratique déjà une bien autre guerre. Une génération plus tard, les soldats grecs de la Guerre gréco-italienne de 1940-1941 se représentent d'ailleurs ces deux moments guerriers 1914-18 et 1919-22 en parfaite continuité, du moins chronologique.

Campement de l'armée grecque. Asie mineure 1919-1922

31 Octobre 1940. À notre unité de réservistes on distribue du matériel. Il y a aussi des vieilles armes, celles qui ont servi nos pères lors de la dernière guerre 1914-1922. - 22 Mars 1941. Une trêve de six heures est décrétée sur notre secteur, suite à la demande des Italiens qui voulaient enterrer leurs morts. Les officiers italiens qui sont descendus dans ce ravin de la mort furent choqués du spectacle des quelque 800 morts italiens. Pendant cette trêve, soldats italiens et grecs des postes avancés se sont serré la main. Il est vrai que nous ne ressentons pas de haine particulière vis à vis du peuple italien”, Michelídis, “De la Crète en Albanie - Carnet personnel de ma vie de soldat pendant le Guerre Gréco-Italienne”, Athènes 1977.

Militaire italien, guerre gréco-italienne 1940-1941

Autre engagement, autre guerre ?

11 novembre 2020, Grèce, Turquie et les Puissances... alors c’est reparti pour un tour en Méditerranée orientale comme dans le Caucase?

Nous observons, nous analysons... nous espérons. Votre blog reviendra très prochainement sur l’actualité, nous y veillerons, Mimi de Greek Crisis aussi, à sa manière.
Mimi de Greek Crisis, le 11 novembre 2020

* Photo de couverture: Combattants grecs, Guerre gréco-turque de 1919-1922